Herpès génital: causes, symptômes et traitement

Генитальный герпес и его симптомы

L'herpès génital est une maladie sexuellement transmissible très courante. Malgré son appartenance au groupe vénéréologique, l'herpès génital peut être qualifié de maladie sans risque: il ne provoque pas de décès, il ne provoque pas de perturbation du travail des organes internes, il ne provoque presque jamais de stérilité.

Néanmoins, l'herpès génital est une maladie extrêmement désagréable, qui cause beaucoup de désagréments et de graves problèmes à un patient malade, y compris des problèmes sociaux et psychologiques. C'est pourquoi tout le monde devrait connaître le danger de contracter l'herpès et observer les mesures nécessaires pour le prévenir.

Le virus de l'herpès simplex est la cause de l'infection génitale par l'herpès. Nous reconnaissons l'ennemi en personne


Les agents responsables de l'herpès génital sont deux types de virus - HSV-1 et HSV-2, également appelés virus de l'herpès des premier et second types, respectivement. Ils appartiennent à une grande famille de virus de l'herpès, contenant plus de 200 types de virus différents. Dans la vie de tous les jours et même dans le domaine scientifique, ils sont communément appelés virus de l'herpès simplex.

Aujourd'hui, les médecins s'accordent pour dire qu'un herpès génital à la même fréquence peut être provoqué à la fois par le premier et le second types de virus. Cependant, lorsqu'un organisme est infecté par le HSV-2, un symptôme caractéristique de l'herpès génital et un schéma symptomatique extrêmement désagréable se manifestent beaucoup plus souvent.

En eux-mêmes, deux types de virus de l’herpès simplex ne diffèrent l’un de l’autre que par la structure de la coque des particules virales. Ces coquilles ont une forme sphérique et sont constituées de protéines: lipo et glycoprotéines. Parmi ces dernières, il existe deux glycoprotéines différentes pour HSV-1 et HSV-2. Ces glycoprotéines jouent le rôle d'une sorte de "tentacules", à l'aide desquels le virion reconnaît la paroi cellulaire et y est fermement attaché.

La particule virale elle-même n’a qu’un diamètre de 200 nanomètres, et 5 000 virions allongés dans une rangée s’inséreront dans le segment de droite entre deux divisions millimétriques!

Dans l'environnement externe, le virus de l'herpès est assez stable. À une température de 37 degrés Celsius, il ne perd pas sa viabilité pendant 20 heures, mais une température de 50 degrés le tue en une demi-heure. Les virions n'ont pas peur de la congélation et de la décongélation répétées. De plus, ils peuvent rester indéfiniment pendant une longue période à une température de moins 70 degrés.

Bien que, dans des conditions environnementales normales, le virus de l'herpès simplex dure littéralement quelques dizaines de minutes, cela lui suffit pour qu'il se propage rapidement entre les personnes.

Méthodes de transmission de l'herpès génital et de la voie virale dans le corps


Selon les statistiques, le virus de l'herpès simplex de type 2 a infecté 11% des jeunes de moins de 15 ans et 73% des personnes de plus de 50 ans. Cependant, cela ne signifie pas du tout que la grande majorité des retraités souffrent d'herpès génital.

Les divers symptômes et la localisation des éruptions cutanées caractéristiques de l'herpès ne sont pas spécifiques à différents types d'herpès, mais à l'endroit où l'herpès est en sommeil dans le corps. Pour comprendre ce processus, vous devez examiner plus en détail le processus d’infection par l’herpès simplex.

Les principales méthodes de transmission de l'herpès génital sont les suivantes:

  • Transmission directe lors d'un contact sexuel. Dans ce cas, la transmission de l'herpès des lèvres du porteur aux organes génitaux de la personne infectée est tout à fait possible et très souvent observée.
  • Un moyen courant de transmettre le virus, qui se produit même chez les personnes qui n'ont jamais eu de rapports sexuels. Donc, vous pouvez être infecté en touchant vos lèvres avec vos mains lors de l'exacerbation de l'herpès sur les lèvres, puis, sans vous laver les mains, touchez les organes génitaux. Bien sûr, le transfert de l'herpès à travers des articles ménagers ou des vêtements est possible.

Peu importe où, mais une fois sur les organes génitaux, les virions d'herpès pénètrent dans les muqueuses du canal urinaire et des organes génitaux internes. Là, ils sont introduits dans les cellules, atteignent leur appareil nucléaire et apportent leur matériel génétique à l'ADN des cellules. Après cela, la cellule commence involontairement à synthétiser les protéines du virus avec ses substances, à partir desquelles de nouveaux virions sont assemblés. Ces nouvelles particules quittent la cellule mère et se propagent plus loin dans le corps. Quand ils sont trop nombreux, les symptômes caractéristiques de l'herpès apparaissent.

Les virions qui atteignent les processus des cellules nerveuses le long de ces processus se précipitent dans le noyau de la cellule. Les noyaux des cellules nerveuses sont situés dans la région des ganglions de la base, dans la région de la colonne vertébrale. De plus, les cellules dont les axones s'étendent jusqu'aux organes génitaux sont situées dans le coccyx et les cellules avec des terminaisons sur le visage sont situées dans la tête. Une fois que le corps a développé une immunité contre l’herpès, toutes les particules libres du corps meurent et les cellules infectées sont remplacées par des cellules jeunes et en bonne santé. Et seules les cellules nerveuses continuent à stocker des gènes viraux. Dès que l’immunité du corps s’affaiblit, les jeunes virions commencent à quitter la cellule, qui «roule» le long des mêmes axones vers les tissus externes. De la région du cerveau aux lèvres et du coccyx aux organes génitaux. Ainsi, là où l’infection a pénétré dans le corps, elle continuera à se manifester.

En conséquence, le terme "herpès génital" s'entend moins comme un type spécial de virus que comme une infection qui affecte certaines zones du système nerveux du corps.

Groupes à risque d'herpès génital

Il est impossible de dire sans équivoque quelles sont les personnes les plus exposées aux infections par l'herpès génital. Cependant, les statistiques indiquent que l'infection est plus fréquente dans:

  • homosexuels - près de la moitié d'entre eux sont infectés par l'herpès génital
  • des représentants de la race négroïde - ils détectent souvent des anticorps anti-virus
  • les femmes en général - elles sont plus facilement infectées par l'herpès génital
  • personnes souffrant d'autres maladies sexuellement transmissibles.

De plus, le risque de contracter l'herpès augmente avec l'âge. Selon le nombre de porteurs d’herpès, les catégories d’âge les plus nombreuses sont les 20-29 ans et les 35-40 ans.

Et bien sûr, plus une personne a des partenaires sexuels, en particulier occasionnels, plus elle court le risque de contracter l'herpès.

Symptômes de l'herpès génital et stades de la maladie

À différents stades de l'évolution de l'herpès génital, divers symptômes se manifestent. Il est donc important de les connaître, dans l'ordre dans lequel ils apparaissent.

Lors de la première étape, des éruptions cutanées, des démangeaisons, des douleurs et des brûlures apparaissent. Un gonflement de petite taille peut commencer. En outre, les symptômes à ce stade sont les suivants:

  • douleur dans le scrotum et le périnée
  • douleur et lourdeur dans le haut des cuisses
  • engourdissement dans la région pelvienne, surtout après le sommeil et une longue position assise
  • fièvre.

Parallèlement à l'élévation de la température, un malaise général apparaît généralement. C'est un symptôme assez rare et il est important de ne pas le confondre avec les manifestations de certaines autres maladies.

Dans la deuxième étape, les éruptions cutanées commencent à apparaître. D'abord, les rougeurs apparaissent à leur place, puis de nombreuses petites vésicules transparentes apparaissent sur la rougeur. Ils sont assez douloureux et causent beaucoup d'inconvénients.

En règle générale, ces éruptions cutanées ont les dislocations suivantes:

  • sur les organes génitaux externes
  • sur le pubis
  • sur les fesses et dans l'anus
  • sur les cuisses
  • sur le col
  • dans l'urètre.

L'apparition d'éruptions cutanées dans l'anus et les fesses est typique d'une infection par l'herpès après un rapport sexuel anal.

Au troisième stade, les bulles éclatent et de petits ulcères se forment à leur place. Cela se produit de manière assez cohérente et toute la phase de l'éclatement des bulles dure de plusieurs heures à un jour.

Au dernier stade, les plaies sont recouvertes d'une croûte sèche et les tissus sous-jacents se régénèrent. Après cela, les conséquences visibles du cours de l'herpès ne restent pas.

Au cours d'une telle exacerbation de l'infection, la manifestation de nombreux symptômes psychologiques de la maladie est caractéristique. Parmi eux figurent la dépression, la phobie sociale, le stress, l’insomnie, la fermeture de soi, la peur des rapports sexuels, des maux de tête et parfois des pensées suicidaires. Ces symptômes sont caractéristiques des personnes flegmatiques et mélancoliques, ainsi que des personnes ayant peu d'expérience sexuelle.

Cependant, l'herpès génital ne se manifeste pas toujours avec les symptômes ci-dessus. Certaines formes d'évolution de la maladie se caractérisent par l'absence de signes ou par une image symptomatique extrêmement floue. Par conséquent, de telles formes nécessitent une considération distincte.

Formes du cours de la maladie

Tout d'abord, il convient de distinguer deux types d'herpès génital: primaire et récurrent. La première survient immédiatement après l'infection, généralement après une semaine ou deux, mais elle peut aussi parfois apparaître après quelques mois. la seconde - chaque fois avec une diminution des défenses du corps. Symptomatiquement, ils sont assez similaires, mais c’est l’herpès récurrent qui a bien sûr plusieurs formes différentes.

Une forme typique de l'évolution de l'herpès génital est une forme dans laquelle la plupart des symptômes susmentionnés de la maladie se manifestent. En plus de cela, on peut observer:

  • forme microsymptomatique atypique, également appelée subclinique. Avec elle, des symptômes peuvent apparaître qui ne préoccupent pas beaucoup le patient et ne constituent pas une raison pour aller chez le médecin. Il peut s'agir littéralement de plusieurs vésicules apparues, une démangeaison légère ou totalement invisible.
  • Forme macro-symptomatique atypique dans laquelle tous les symptômes de l'herpès n'apparaissent pas. Par exemple, des douleurs et des démangeaisons peuvent survenir, mais les vésicules elles-mêmes n'apparaîtront pas, ou inversement.
  • Une forme asymptomatique dans laquelle il n'y a aucune manifestation externe de la maladie. Cette forme est observée chez 20% des patients et est particulièrement dangereuse, car avec elle, même lors d'une rechute, une personne peut avoir des relations sexuelles et infecter ses partenaires sexuels.

Pour l'herpès génital, il est également caractéristique que son intensité et son ensemble de symptômes puissent différer chez les femmes et les hommes.

Herpès génital chez les femmes et les hommes: spécificités

La spécificité de l'herpès génital chez les femmes et les hommes réside dans la possibilité d'infection par les organes génitaux internes.

Ainsi, chez les femmes, les maladies courantes sont la colpite et la leucoplasie cervicale, qui se sont développées en raison de l’herpès. Une maladie intra-utérine relativement nouvelle localisée dans l'épithélium de l'endomètre, causée précisément par le virus de l'herpès simplex, est aujourd'hui connue.

L'herpès génital pour les femmes enceintes est extrêmement dangereux. 30% des avortements spontanés et 50% des fausses couches tardives surviennent précisément à cause de l'herpès. Avec la récurrence de l'herpès génital chez la mère à la fin de la grossesse, environ 5% des nouveau-nés sont infectés par le virus au moment de l'accouchement, avec une primo-infection de la mère en même temps, ce chiffre est de 70 à 75%, puis plus de la moitié des cas entraînent le développement d'une encéphalite. En outre, le virus de l'herpès simplex est considéré comme le deuxième virus en termes de risque de malformations chez l'enfant après le virus de la rubéole.

La prostatite herpétique est une conséquence caractéristique de l’exacerbation de l’herpès génital chez l’homme. Selon les statistiques, dans 20% des cas de prostatite chronique, la maladie est favorisée par une infection herpétique. De plus, il existe même une forme atypique d'herpès génital, dans laquelle la maladie ne se manifeste que dans la prostatite.

Commun pour les hommes et les femmes sont:

Cystite herpétique

Avec elle, les mictions fréquentes, la présence de sang dans les urines sont caractéristiques. Chez les femmes, la cystite peut se développer lors d’une primo-infection par l’herpès. Chez les hommes, elle est le plus souvent le résultat d’une prostatite herpétique.

Urétrite herpétique

Cette maladie est caractérisée par une douleur intense lors de la miction, l'apparition de sang dans les urines.

Herpès de l'anus et du rectum

Sa conséquence est le plus souvent des fissures dans l'anus, récurrentes du virus de l'herpès. En outre, il y a des irritations d'hémorroïdes, une douleur intense et des démangeaisons dans le sphincter, des saignements lors des selles, des flatulences. Un problème commun aux lésions herpétiques rectales est que les patients se font souvent diagnostiquer une fissure rectale sans diagnostiquer que l'herpès est la cause de la maladie.

Diagnostic de l'herpès génital

Dans la plupart des cas, le diagnostic de l'herpès génital est effectué visuellement par le médecin au cours de l'examen. Dans cette étude, les organes génitaux externes, l'anus, les fesses et les hanches sont exposés. Chez les femmes, en utilisant un miroir spécial, un vagin peut être examiné pour des éruptions cutanées sur ses murs.

À l'avenir, un frottis de l'urètre ou de l'anus peut être prélevé pour prélèvement. En raison de différences physiologiques, cette procédure chez les hommes peut être quelque peu douloureuse. Quelques heures après l'échantillonnage, des douleurs peuvent survenir pendant la miction.

Des tests plus fiables pour déterminer la présence du virus de l'herpès dans le corps sans symptômes visibles sont les suivants:

  • Dosage immunosorbant lié à une enzyme, dans lequel un patient prélève un échantillon de sang, et le titre des IgG et des IgM spécifiques du virus détermine si le corps le connaît bien.
  • Réaction en chaîne de la polymérase, réalisée uniquement par le fluide prélevé dans les bulles lors des éruptions cutanées.
  • La méthode culturelle Il est également faisable exclusivement pendant les rechutes avec une forme atypique de l'évolution de la maladie, lorsqu'il n'est pas toujours possible d'établir la cause des éruptions cutanées.

Pour un diagnostic correct de l'herpès génital, il est extrêmement important de prélever des échantillons d'un patient à la fois sur plusieurs milieux: jus de la prostate, muqueuse vaginale et canal cervical, sperme et urine. Chez les femmes, il est nécessaire de prendre en compte le fait que le virus de l'herpès est activement libéré au début du cycle menstruel.

En Occident, plusieurs autres tests sont utilisés pour déterminer la présence du virus de l'herpès simplex dans le sang. Parmi eux figurent les méthodes d'Eliza et l'immunoblot, l'analyse rapide de Pokit et Western Blot.

Traitement de l'herpès génital

Le traitement de l'herpès génital consiste dans la plupart des cas à soulager les symptômes d'une rechute de la maladie. Pour ce faire, utilisez divers analgésiques et médicaments apaisants, des onguents et des crèmes spéciaux, des fonds pour les maux de tête et la chaleur lors de la manifestation de ces derniers.

La thérapie suppressive, qui consiste à supprimer à tout moment l’activité du virus dans le corps, est très efficace aujourd’hui. Pour ce faire, utilisez des médicaments antiviraux spéciaux - Acyclovir, Panavir, Famvir, Valacyclovir - qui ne permettent pas au virus de se multiplier dans le corps, même en cas de récidive.

Le traitement suppressif continu, dans lequel le patient utilise des médicaments antiviraux, qu’il ait ou non une rechute, a acquis une certaine distribution aujourd'hui. Selon les résultats des recherches, une telle thérapie peut réduire la fréquence, la force et la durée des rechutes et, associée à d’autres moyens de prévention, elle réduit également le risque d’infection d’une personne en bonne santé par un porteur.

Et même au stade du traitement, il est très important d'utiliser des médicaments immunomodulateurs qui aident l'organisme à faire face à l'herpès seul.

Causes de rechute

La principale cause de récurrence de l'herpès génital et l'apparition régulière de ses symptômes est un affaiblissement du système immunitaire. Les raisons de cet affaiblissement peuvent être très différentes, mais les plus courantes d'entre elles sont:

  • diminution de la quantité de vitamines dans l'alimentation, surtout en hiver
  • stress ou maladie somatique
  • immunoblocage artificiel pour divers types de traitement
  • la présence d'immunodéficience
  • menstruation chez les femmes
  • tabagisme, abus d'alcool
  • surchauffe fréquente et hypothermie

En outre, chaque personne a ses propres raisons pour l'affaiblissement de l'immunité. Les allergies, par exemple, ou les maladies chroniques.

Pronostic et complications possibles de l'herpès génital

En règle générale, le pronostic pour l'herpès génital est généralement favorable. Néanmoins, même chez les patients adultes sans déficit immunitaire, la maladie peut dans certains cas entraîner des complications graves sous la forme de:

  • urétrite
  • prostatite
  • fissures rectales récurrentes
  • colpite.

Dans des cas plus rares, le cancer du col utérin peut se développer en raison de fréquentes rechutes d'herpès génital. Chez les patients présentant un déficit immunitaire, des lésions des tissus nécrotiques au niveau des éruptions cutanées et la préservation des cicatrices résiduelles sur la peau sont possibles.

En général, les conséquences les plus nombreuses de l'infection par l'herpès chez les enfants. Ils commencent à être infectés dès l'âge de six mois et leur maladie est encore plus prononcée que chez les adultes. Dans ce cas, les conséquences d'une infection chez un enfant peuvent être:

  • encéphalite d'herpès et méningite qui, en l'absence de traitement urgent et intensif, peuvent entraîner une invalidité et même la mort de l'enfant
  • stomatite herpétique et gingivite
  • dommages au foie.

En outre, avec le développement de l'herpès chez les nourrissons, une violation du cœur est parfois diagnostiquée, qui peut à l'avenir persister et évoluer en myocardite chronique.

Prévention de l'herpès génital

La prévention de l'herpès génital peut viser à protéger contre l'infection virale et à prévenir les rechutes.

Afin d'éviter une infection par l'herpès génital, vous devez:

  • mener une vie sexuelle ordonnée
  • si le partenaire sexuel a une récurrence de l'herpès - peu importe, sur les lèvres ou les organes génitaux - abstenez-vous d'avoir des relations sexuelles
  • utiliser des préservatifs et miramistin
  • observez scrupuleusement les règles d'hygiène.

Si l'herpès génital s'est manifesté au moins une fois, vous pouvez réduire la fréquence et la force des récidives des manières suivantes:

  • soutenir l'immunité avec une bonne nutrition, un mode de vie sain, des vitamines
  • traitement suppressif entre les récidives
  • soigner rapidement et avec diligence les blessures et les maladies somatiques - grippe, amygdalite et autres
  • réduire la quantité d'alcool consommée et les cigarettes fumées.

Le vaccin Herpevac a été mis au point et testé aux États-Unis afin de protéger les femmes contre les infections à herpès génital avec une efficacité suffisante. Pour les hommes, il n’existe pas de vaccin de ce type, car il n’existe aucun vaccin garantissant une réduction de la fréquence des rechutes. Cependant, le vaccin bulgare, connu depuis l'époque soviétique, réduit la durée de la rechute et la force des symptômes.

En général, les moyens les plus modernes de prévention et de traitement de l'herpès génital peuvent réduire considérablement le risque de le contracter et la force de ses manifestations. Néanmoins, il vaut toujours mieux éviter la maladie que de se faire soigner plus tard. Par conséquent, l'ordre dans la sphère sexuelle et un mode de vie sain ont toujours été et seront toujours les moyens les plus fiables de se protéger contre l'herpès génital.

Voir aussi:

En détail sur l'herpès génital: modes d'infection, symptômes typiques, danger potentiel et méthodes de traitement

L'herpès dans un lieu intime: des symptômes au traitement

Herpès vaginal: à quel point est-il effrayant et comment être?