Caractéristiques de l'herpès chez les femmes

Особенности герпеса у женщин

L'herpès chez les femmes est une maladie assez spécifique et ayant de nombreuses caractéristiques de l'évolution et des effets généraux sur le corps. De plus, cette spécificité est caractéristique à la fois de l'herpès sur les lèvres et de l'herpès génital. Cependant, c’est l’herpès génital qui cause beaucoup plus de désagréments dans sa vie personnelle et qui est associé à des complications plus graves, en particulier au stade de la grossesse; il s’agira donc essentiellement de ce problème.

La principale spécificité de l'herpès chez les femmes est associée aux processus physiologiques qui leur sont inhérents - le cycle menstruel, la grossesse, l'accouchement et l'allaitement, affectant l'organisme dans son ensemble et en particulier l'état du système immunitaire (comme on le sait, l'immunité est le principal moyen de dissuasion pour les exacerbations d'herpès). Mais même au stade de l'infection, les femmes sont généralement plus vulnérables que les hommes.

Sensibilité des femmes à l'herpès


Les statistiques sur l'infection des femmes atteintes d'herpès sont assez claires.

L'herpès sur les lèvres d'une femme est infecté en moyenne plus tard que les hommes. Cependant, la plupart des infections surviennent dans l'enfance. Cela affecte la grande propreté des filles dans la vie quotidienne et leur précision dans la communication avec les autres.

L'herpès génital, au contraire, infecte les filles et les femmes quatre fois plus souvent que les hommes ayant le même nombre de partenaires sexuels. Cela est dû au fait que pendant le contact sexuel, le virus entre directement sur les muqueuses du vagin et le chemin pour infecter les cellules épithéliales est ouvert.

Le principal moyen d'infecter les femmes atteintes d'herpès génital est par contact direct. Les infections par des gouttelettes aéroportées ou par des moyens domestiques sont très rares et sont principalement associées à l'utilisation de serviettes, de produits d'hygiène et d'appareils électroménagers communs à un groupe de personnes (auberge de jeunesse, en famille ou en camping).

De même, les rechutes d'herpès chez les femmes se produisent un peu plus souvent que chez les hommes.

Causes et fréquence de la réactivation de l'herpès


Les rechutes d'herpès chez tous les vecteurs et infectés se produisent en raison de l'immunité affaiblie et de l'apparition du virus à la possibilité d'une reproduction explosive dans les tissus du corps. Les causes principales et universelles d'une telle diminution de l'immunité chez les deux sexes sont les suivantes:

  • maladies somatiques
  • manque de vitamines dans l'alimentation
  • stress
  • tabagisme, alcoolisme, toxicomanie
  • surmenage, manque de sommeil
  • surchauffe au soleil ou hypothermie
  • la présence d'immunodéficiences
  • immunosuppression médicamenteuse ou thérapeutique.

Les femmes ont deux autres raisons d'affaiblir leur immunité: la menstruation et la grossesse après l'accouchement. Ils, en particulier la menstruation, entraînent une augmentation de la récurrence de l'herpès par rapport à une situation similaire chez les hommes.

Il convient de noter que la menstruation et le syndrome prémenstruel ne suffisent pas à affaiblir le système immunitaire. Une diminution de l'immunité se produit pour toute autre raison, mais la menstruation est ici une sorte de déclencheur qui déclenche le processus. Dans un organisme pourvu de vitamines, sain et fort, même avec des règles abondantes et prononcées, une diminution de l'immunité est assez rare.

Dans la pratique médicale, on note également l'apparition d'une récurrence d'herpès après un avortement et l'installation d'un dispositif intra-utérin. Vraisemblablement, l’utilisation de contraceptifs oraux est également un facteur de risque de réactivation virale.

L'évolution de l'herpès génital chez la femme: phases, symptômes et timing

La nature de l'évolution de l'exacerbation de l'herpès chez les femmes est généralement similaire à celle chez les hommes, avec seulement quelques traits distinctifs. Pour décrire ce processus, il est plus pratique de diviser la période complète depuis les premiers symptômes jusqu'à la guérison complète en plusieurs phases:

  1. La première phase est également appelée prodromique et se caractérise par l’apparition de symptômes généralisés: fièvre, santé précaire, sensations de démangeaisons et de douleurs au niveau du périnée. Parallèlement à ces symptômes, des douleurs dans les hanches peuvent être ressenties, parfois dans le bas du dos, un engourdissement et un gonflement de la région génitale. Les endroits de futures éruptions cutanées commencent à virer au rouge. La durée de cette phase est d'environ 2-3 jours.
  2. Dans la deuxième phase, l’apparition de bulles transparentes remplies de liquide commence. Ils sont déjà très douloureux au moment de leur apparition et, lorsqu'ils grandissent et mûrissent, ils provoquent des démangeaisons et des douleurs de plus en plus aiguës. Le plus souvent, ces vésicules sont déployées sur les petites lèvres et les petites lèvres, dans le périnée, sur les parois du vagin et sur le col de l'utérus. Si une femme contracte l'herpès pendant le sexe anal, des éruptions cutanées apparaissent près de l'anus, sur les fesses, sur les parois du rectum. Dans ce dernier cas, ils peuvent conduire à des fissures rectales. À la fin de cette étape, les vésicules s'assombrissent et deviennent jaune blanchâtre. La durée de cette phase est d'environ 4-5 jours.
  3. La phase de rupture des bulles, l’écoulement de liquide et la formation de croûtes. À la place de chaque bulle éclatante, il se forme un petit ulcère qui se recouvre rapidement - en plusieurs dizaines de minutes - d'une croûte sèche. Après 6-8 jours, il y a une régénération complète de la surface de la peau dans la zone des plaies et l'excrétion des croûtes. Dans l'état normal du système immunitaire et en l'absence de déficit immunitaire, il n'y a aucune trace de rechute sur la peau après cette phase.

Les rechutes d'herpès génital chez les femmes surviennent chez environ un tiers des personnes infectées. Avec l'herpès orofacial (rhume sur les lèvres), cette valeur est plus élevée - près de 80% des femmes infectées par l'herpès ont au moins une fois dans leur vie des éruptions cutanées répétées sur les lèvres.

Les formes atypiques de l'évolution de la maladie sont particulièrement courantes chez les femmes. Ainsi, dans 65% des cas, les femmes ont une forme asymptomatique d'herpès génital, dans laquelle aucune manifestation externe de la maladie n'est observée. Selon les statistiques, plus de la moitié des femmes infectées par l'herpès à un jeune âge ont tendance à moins atténuer les symptômes de l'herpès et, au bout de 10 à 15 ans, la maladie se transforme complètement en une forme asymptomatique. Des rechutes peuvent survenir dans lesquelles seuls certains symptômes caractéristiques sont prononcés: apparition de vésicules, inflammation, douleur, hémorragie. Par le type de symptôme manifesté, la forme même de l'herpès s'appelle: bulleuse, irritante, hémorragique.

Pour les femmes, le transfert psychologique grave des rechutes d'herpès génital est particulièrement caractéristique. La raison n’est pas tant la douleur et parfois les complications que le stress causé par la prise de conscience de l’infection par une maladie vénérienne. Pour cette raison, ce sont les femmes qui sont enclines à se replier sur elles-mêmes, à développer une dépression, une névrose, à développer un complexe d'infériorité, une phobie sociale, des pensées suicidaires et la peur du sexe.

Il convient de rappeler que des millions de femmes du monde entier vivent en toute sécurité avec l'herpès génital. Ils ont des enfants, un conjoint aimant et des proches, et ils peuvent se souvenir de l'herpès lui-même une ou deux fois dans leur vie. Grâce à une prévention efficace des rechutes et à la lutte contre le virus pendant les périodes d’exacerbation, la maladie ne cause aucun dommage aux organes internes et, lorsqu’elle mène une vie saine, elle risque de ne jamais se rappeler d'elle-même.

Néanmoins, si l'exacerbation initiale ou la rechute de l'herpès se produit, il est nécessaire de ne pas paniquer, mais de prendre toutes les mesures nécessaires rapidement pour lutter contre la maladie.

Diagnostic de l'herpès chez la femme

Au premier soupçon d'apparition d'une récidive d'herpès, il est urgent de consulter un médecin pour un diagnostic. En règle générale, dans la plupart des cas, un simple examen visuel suffit au médecin pour comprendre la situation à la clinique.

Avec cet examen, une femme se déshabille du bas à la taille et s’allonge dans le fauteuil gynécologique. Le médecin examine la présence d'éruptions cutanées sur les organes génitaux externes, le périnée et, à l'aide d'un miroir gynécologique, les surfaces internes du vagin. À partir de la surface du vagin, du col utérin et des parois de l'urètre, le médecin peut procéder à un raclage. Si des éruptions cutanées apparaissent dans l'anus, vous devrez prélever un frottis dans le rectum pour analyse.

Dans de nombreux cas, l'herpès commence à se manifester sous forme de symptômes pas tout à fait typiques pour lui. En outre, si le patient se rend chez le médecin très tôt dans le développement de la maladie, les symptômes principaux n'ont pas encore le temps de se manifester et il peut être erroné de poser un diagnostic basé uniquement sur des données visuelles. Par conséquent, dans ce cas, il est nécessaire d'effectuer des tests spéciaux:

  • isolement et typage du virus sur des milieux de culture spéciaux. Ce test est très précis et sa sensibilité est de 80-100%. Ses résultats sont prêts dans 2-3 jours.
  • Détection d'antigènes. C'est le test le plus rapide en une à deux heures, mais il présente une spécificité de 90% et une sensibilité de 70 à 75% seulement.
  • La PCR, ou réaction en chaîne de la polymérase, est un test assez spécifique (jusqu'à 100%) et sensible (environ 95%) effectué sur deux jours.
  • Le dosage immuno-absorbant enzymatique (ELISA), qui ne permet pas de distinguer les virus de l’herpès de types 1 et 2 entre eux, et n’est donc utilisé que pour le diagnostic de l’herpès néonatal.

Pour la détermination la plus fiable du type de virus, il est recommandé d'effectuer des tests sérologiques à deux reprises, à intervalles de 5 à 6 jours.

Complications possibles de l'herpès chez les femmes

L'herpès génital, lorsqu'il est transféré avec un affaiblissement important du système immunitaire, peut affecter gravement divers organes internes et entraîner diverses complications.

Les organes internes les plus vulnérables à l'herpès sont:

  • vagin et entrée dedans
  • col de l'utérus, corps et muqueuse
  • trompes de Fallope
  • les ovaires
  • l'urètre
  • anus
  • canal cervical
  • l'urètre
  • vessie
  • ampoule rectale.

En conséquence, après une lésion de ces organes, le risque de développer une cystite, une urétrite, une fissure rectale et un herpès urètre est élevé. Des études récentes confirment le lien entre l'herpès génital et le cancer du col utérin.

Traitement de l'herpès chez les femmes

Le traitement de l'herpès chez les femmes consiste à utiliser des antiviraux, à soulager les symptômes et à se protéger contre d'éventuelles complications.

L' acyclovir, le famciclovir et le valaciclovir sont les plus couramment utilisés. Parmi ceux-ci, l’acyclovir entraîne le moins d’effets secondaires et est donc utilisé avec succès pour traiter les femmes enceintes, les mères allaitantes et les nouveau-nés. Mais dans le même temps, Famciclovir et Valaciclovir sont plus efficaces.

Il est important que, lors de l'utilisation d'antiviraux au cours de la phase prodromique de la maladie, il soit possible d'éviter la manifestation de symptômes désagréables de l'herpès sur les lèvres (plaies) et de se protéger des complications liées à l'herpès génital.

Pour le soulagement de la douleur et des démangeaisons, des analgésiques locaux et des anesthésiques généraux sont utilisés.

Les femmes enceintes présentant des symptômes de récurrence de l'herpès au cours du dernier mois de leur grossesse reçoivent un traitement continu d'acyclovir pour supprimer l'activité de l'herpès et garantir la possibilité d'une naissance naturelle et sans danger.

Valacyclovir et Famciclovir au cours de la grossesse et de l'allaitement ne sont utilisés que sur la recommandation d'un médecin observateur.

Herpès chez les femmes enceintes et allaitantes

Pour les femmes enceintes, la prévention et la protection contre l'herpès sont extrêmement utiles. Pas seulement parce que près du tiers des femmes enceintes ont des anticorps dans le sang contre le virus de l’herpès de type 2.

Selon des études, si pendant la grossesse, la mère avait contracté l'herpès sans l'avoir eu auparavant, alors la probabilité d'infection du fœtus était de 50%. Peu importe quelle herpès, labial ou génital, une femme a contracté. En cas de rechute pendant la grossesse, le fœtus est infecté dans 8% des cas.

D'autre part, chez 70% des enfants nés avec l'herpès néonatal, les mères ne présentent pas de symptômes prononcés de la maladie.

Le virus de l’herpès simplex le plus dangereux est qu’après son activité tératogène, il est le deuxième plus important que le virus de la rubéole. Cela signifie que dans de nombreux cas, le virus de l'herpès récurrent chez la mère entraîne le développement de diverses malformations chez le fœtus.

Le risque de transmission intra-utérine de l'herpès augmente avec l'augmentation de la période pendant laquelle la mère est infectée par l'herpès, ainsi qu'avec la diminution de l'âge de la femme elle-même. Les mères de moins de 21 ans transmettent le virus de l'herpès à leurs enfants particulièrement souvent.

Le plus souvent, l'enfant est infecté par la mère lors de l'accouchement. Le mode d'accouchement affecte également la probabilité qu'un bébé soit infecté: avec une césarienne, le risque de transmission est quintuplé par rapport à l'accouchement naturel. Pour cette raison, en cas de rechute d'herpès en fin de grossesse ou au moment de l'accouchement, une césarienne est indiquée .

En général, l’infection intra-utérine du fœtus survient dans 5% des cas, l’infection de l’enfant lorsqu’elle passe par le canal utérin - dans 85% des cas, et l’infection dans les premiers jours, voire quelques heures après l’accouchement, par une mère malade ou le personnel médical - dans 10% des cas.

Si la mère a contracté la primo-infection longtemps avant la grossesse et a même subi plusieurs rechutes, alors, avec une probabilité élevée, l'enfant sera protégé de l'herpès par les anticorps transmis par elle. Dans de rares cas, leur nombre ne suffit pas ou, au cours de la grossesse, la mère est infectée par une nouvelle souche du virus, ce qui entraîne l'infection de l'enfant.

Dans certaines situations, l’état du fœtus n’est pas affecté par le virus de l’herpès lui-même mais par l’état de la mère présentant une infection compliquée - fièvre, fièvre, intoxication.

Si le risque de récurrence de l'herpès pendant la grossesse est suffisamment élevé, utilisez la séquence d'actions suivante pour prévenir l'infection de l'enfant:

  1. Les tests nécessaires sont effectués tant chez la mère que chez son mari ou partenaire sexuel pendant la grossesse afin d'identifier et de dactylographier le virus de l'herpès dans les deux cas.
  2. Examen du canal génital de la mère, de la vulve et du périnée plusieurs jours avant la naissance et immédiatement devant eux. Le but de cet examen est de détecter les éruptions herpétiques, qui peuvent survenir sans symptômes douloureux sévères.
  3. Les femmes qui présentent une infection récurrente sont transférées dans un service séparé pour y être livrées et le contenu du canal cervical est étudié.
  4. L'accouchement est effectué rapidement et chaque fois que possible - avant la rupture des membranes.
  5. L'enfant est isolé de la mère jusqu'à ce que les symptômes de la rechute d'herpès disparaissent.

Néanmoins, même de telles tactiques ne garantissent pas l'absence d'infection de l'enfant: dans plus de la moitié des cas, la récurrence de l'herpès est asymptomatique, de sorte que les médecins ne prennent aucune mesure de sécurité.

Tous les cas d'infections et de rechutes d'herpès par une femme enceinte sont divisés en plusieurs groupes, pour lesquels certaines étapes spécifiques sont suivies:

  • Si moins d'un mois avant la naissance, la mère note pour la première fois de sa vie la manifestation de l'herpès génital. Dans ce cas, le risque de développer un herpès chez un enfant atteint 70%, et l'accouchement se fait uniquement par césarienne. Cependant, avec une infection à l'herpès du col utérin, même une opération ne donnera pas de résultat. Dans ce cas, l'Acyclovir est administré par voie intraveineuse au nouveau-né.
  • Si la première attaque d'herpès génital survient au cours du premier trimestre de la grossesse, il s'agit d'une indication d'interruption de grossesse. Si une rechute survient pendant cette période, le risque de développer des malformations chez le fœtus atteint 8%.
  • En cas de rechute de l'herpès génital une semaine avant la naissance, une césarienne est prescrite et, sous certaines conditions, une administration intraveineuse d'acyclovir au nouveau-né. Le risque d'herpès néonatal dans ce cas est d'environ 4%. Après l'accouchement, une surveillance attentive de l'état du nouveau-né est nécessaire et, si les symptômes de la maladie se manifestent en lui, un traitement approprié.
  • Si une femme enceinte ou son partenaire a des antécédents de récurrence de l'herpès génital, mais qu'aucun symptôme n'a été observé pendant la grossesse, le risque d'herpès néonatal est de 0,1%. En même temps, deux semaines avant la naissance, la PCR est réalisée, le canal génital est désinfecté avec de l'iodonate avant la naissance et, en l'absence de rechute, la femme donne naissance naturellement. Un nouveau-né est surveillé lors de la réalisation de certains tests. Dans ce cas, la sécurité de l'accouchement peut être accrue en appliquant un comprimé 4 fois par jour au cours des 2 semaines précédant l'accouchement, Acyclovir.
  • Si ni la femme enceinte ni son partenaire sexuel ne présentent de manifestations d'herpès génital, il est recommandé de n'utiliser que des préservatifs pendant la grossesse et d'éviter les rapports sexuels accidentels.

Si le nouveau-né développe plus tard des symptômes d'herpès, il reçoit Acyclovir à raison de 30 à 60 mg par kilogramme de poids corporel par jour pendant trois semaines, pendant les trois semaines de la période.

Comment ne pas laisser l'herpès avec des chances: prévention de l'infection et rechute de la maladie

Les principales règles de protection contre l'infection par l'herpès, en particulier génital, sont d'observer les règles d'hygiène de la vie quotidienne et de maintenir une vie sexuelle ordonnée, idéalement avec un seul partenaire en bonne santé.

Важным принципом профилактики герпеса является использование презервативов и Мирамистина при занятиях сексом. Хорошо зарекомендовал себя спрей Панавир Интим , которым в профилактических целях рекомендуется обрабатывать промежность и наружные половые органы перед занятиями сексом.

Кроме того, именно для женщин оказалась эффективной вакцина Herpevac. По результатам исследований в 73% случаев женщины, регулярно занимавшиеся сексом с мужчинами, больными генитальным герпесом, не заразились болезнью.

Профилактикой рецидивов герпеса является правильное питание и ведение здорового образа жизни: обилие движения, полноценный сон, частое пребывание на свежем воздухе, большое количество необходимых витаминов в рационе, отсутствие длительных сильных стрессов. Здесь же очень важно быстро и максимально эффективно лечить появляющиеся простудные или инфекционные заболевания, способствующие ослаблению иммунитета и увеличивающие вероятность возникновения рецидива. При такой профилактике даже с имеющимся в организме вирусом женщина может никогда в жизни о нём и не вспомнить.